Menu

Petit passage par Lille

Si vous habitez dans la moitié nord du pays, vous savez que Lille est une destination accessible (c’est rapide en bus ou en train de Paris, et pas cher surtout si vous prenez le bus) pour une escapade, en plus d’être une ville charmante. C’est la plus grande ville du nord, sans avoir l’arrogance et la froideur de Paris. Venez un vendredi aprem, même sous la pluie, et les terrasses des cafés sont en pleine effervescente, alors que la circulation, si dense, sait se faire oublier.

Lille est un vrai labyrinthe de rues pavées, bordées de grandes maisons flamandes en belles briques et grès doré, les immeubles des 17e et 18e siècle faisant écho aux racines flamandes. La ville ne devint francaise qu’en 1667.

Caché dans les rues, L’Hospice Comtesse, un hopital caritatif du 13e siècle, a des intérieurs flamands, et des vitrines de l’ancien dortoire donnent une idée du passé riche de la ville dans son ère d’industrie textile. La Grande Place, comme décrite par l’artiste Lillois Louis Watteau au 18e siècle, semble avoir peu changé. Le plus bel immeuble date du 17e: La Vieille Bourse est un bouquet de cariatides, guirlandes et gargouilles de Renaissance flamande. Aujourd’hui on y vent des livres seconde main, des cartes postales et vinyles vintage sur des stands de la cour intérieure.

Image result for L'Hospice Comtesse

Glissez-vous à l’extrémité sur la Place du Théâtre, surplombée par la nouvelle Chambre de Commerce et les ornements de l’Opéra construit pour ressembler celui de Paris. Le Palais des Beaux-Arts imite plutôt bien le Louvre et contient la deuxième collection d’arts de France, avec des pièces allant des artistes médiévaux aux impressionistes, plus un hall de sculptures, une galerie porcelaine et, dans les sous-sols, des pièces d’antiquités – dont un chat égyptien mommifié du 4e av JC.

Prenez l’air et dirigez vous vers la Citadelle, une forteresse impressionante en forme d’étoile dessinée par Vauban en 1667 pour aider à protéger les frontières nord de la France. Toujours en fonction (utilisée par le Corps de Réaction Rapide), les chemins boisés autour des ramparts sont atmosphériques avec les troncs couverts de mousse, les pigeons et les phesants; difficile de croire que la ville est à seulement 15 min.

Le dimanche, les marchés du matin sont nettement plus animés et bruyants. À Wazemmes vous pourriez meubler toute une maison, des lits aux palmiers, et chopé une tête de porc ou un homard vivant pour le déjeuner. La cuisine est plus raffinée au marché de la Place du Concert, avec son bar à huitres, et des stands spécialisant dans les champignons ou le saucisson artisanal.

 

Si vous avez le temps, prenez le métro vers le nord-est pour Roubaix, une ville dont l’apparence triste et venteuse est la scène incongrue d’un lido Art Déco somptueux transformé en galerie d’art, La Piscine: des sculptures entourent la piscine, des céramiques emplissent les douches, des échantillons de textiles occupent les balcons.

De retour à Lille, faites comme les Lillois le dimanche et rejoignez la queue devant la patisserie Aux Merveilleux sur la rue de la Monnaie. Les créations de meringue et crème valent le détour à elles-seules…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *